Le 27 septembre de chaque année est dédié à la célébration de la Journée Mondiale du Tourisme (Jmt). A la quarantième édition, le Bénin se compte parmi les pays où des actions tangibles, novatrices et catalyseurs se mettent en œuvre dans le secteur touristique ; c’est le cas du projet de création d’un Circuit touristique intercommunal durable dans le Mono (Cirtoum) qui associe à merveille tourisme et développement rural dans les communes du Mono.       

A la célébration du dixième anniversaire des statuts de l’Organisation mondiale du tourisme (Omt) en 1970, la communauté internationale pose les jalons pour l’instauration d’une journée qui met le tourisme au cœur des préoccupations, au centre de gravité des actions de réflexions, de plaidoyers et de développement. En 1980, cette journée est consacrée et depuis quarante ans, chaque 27 septembre offre aux décideurs, gouvernants et acteurs non-étatiques, l’occasion de penser, de conceptualiser, de proposer des actions, d’agir pour le développement du tourisme.

La consécration d’une journée pour le tourisme s’est imposée au fil du temps. Il s’agit de la bonification d’un secteur situé à mi-chemin entre le social, l’économique et la politique et dont l’importance se révèle en ce qu’il « crée des emplois, promeut la culture et les produits locaux, œuvre à l’utilisation et à la gestion durables de l’environnement comme les ressources marines, tout en travaillant pour faire du tourisme une expérience inclusive pour tous ». Mieux, et selon l’Omt, le tourisme représente un outil permettant d’éliminer la pauvreté, de protéger la planète et de faire en sorte que tous les peuples puissent s’épanouir dans un contexte de paix et de prospérité. Ces grandes et nobles idées relèvent de l’esprit des Objectifs de développement durable et s’enregistrent au rang de l’appel mondial à l’action pour le développement de l’humanité. C’est effectivement le flambeau que porte le tourisme qui constitue un pilier essentiel du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Il traduit l’engagement des humains envers les objectifs 8, 12 et 14 du développement durable et offre aux femmes, aux jeunes, aux migrants et aux populations rurales des pays comme le Bénin, des opportunités pour leur épanouissement, leur rayonnement et leur bien-être.

Si au Bénin, le secteur du tourisme prend un envol grandeur nature depuis 2016 et ce, avec l’ambitieux programme touristique intégré au Programme d’actions du gouvernement (Pag), il se déploie et s’anime avec une touche particulière dans le département du Mono. Les six communes de cette partie sud-ouest du Bénin dans laquelle se retrouvent Athiémé, Bopa, Comè, Grand-Popo, Houéyogbé et Lokossa, sont depuis novembre 2019, sous la perfusion de l’aide technique et financier de l’Union européenne (Ue), du Programme d’appui au développement territorial (Padt) et du Groupement intercommunal du Mono (Gi-Mono). Communes majoritairement rurales, elles bénéficient des actions à forts impacts économique et sociaux, favorisés par le tourisme à travers le projet de création d’un Circuit touristique durable dans le Mono (Cirtoum). Elles gagnent par ce projet : l’aménagement de deux sites touristiques et leurs voies d’accès, la mise en place de cadre de concertation des acteurs du tourisme, la formation de ces acteurs et la création d’un quartier modèle sans déchets plastiques. Par la manière la plus édifiante, le projet Cirtoum met sur orbite et sur le feu de rampe, la richesse touristique des communes. Il vise la capitalisation des atouts et potentialités touristiques du Mono. Les populations et communautés de ce département sont placées en position de privilégiées dans le cadre de la mise en œuvre des différentes activités de ce projet. Dans ce contexte, on peut se convaincre de ce que la considération qui fait du tourisme un tremplin, sinon le moyen le plus indiqué pour atteindre le développement rural est une conception en pleine concrétisation au Bénin, dans le Mono et sous l’égide de Gi-Mono.

 

commentaires